Images Aléatoires

  • espoir
  • cygnes-l'amitié
  • l'envolée
  • 163
Samedi 14 janvier 2012 6 14 /01 /Jan /2012 18:51

 

 

escarre.jpg

Site de référence de l'escarre

 

http://www.escarre.fr/soins-plaie/principe/cicatrisation-pansements.php 

 

 

 Si la peau est superficielle elle adhère, protège, revêt,... sa couleur et sa tendance la rendent imminamment personnelle, unique. Elle est fragile et les années la marque, la maladie aussi. Etre a fleur de peau... suscite notre éveil et attention, panser les plaies demande du tact, des connaissances et habiletés, guérir n'est pas inespéré...

  

"Une escarre (parfois appelée plaie de lit ou ulcères de décubitus) est une lésion cutanée d’origine ischémique liée à une compression des tissus mous entre un plan dur et les saillies osseuses.

L’escarre est décrite selon quatre stades, comme une plaie de dedans en dehors de forme conique (une partie des lésions n’est pas visible), à base profonde, ce qui la différencie des abrasions cutanées.

Son origine est multifactorielle, cependant le rôle de la compression tissulaire associée à une perte de mobilité et à la dénutrition est prédominant."(wikipedia)

 

Sites internet:

Société Française des plaies et cicatrisations:

 

http://www.sffpc.org/index.php?pg=present_jpc

 

Le traitement de l’escarre peut être chirurgical, bien qu’il soit le plus souvent médical et préventif." (wikipedia)

 Prévention[modifier]

Détail de l’intérieur d’un coussin d’aide à la prévention de l’escarre.
Position à adopter sur un lit
Position idéale à adopter sur un fauteuil
Position assise sur une chaise à adopter

La prévention de la part du personnel soignant est déterminante dans ce processus qui affecte environ 5 % des personnes hospitalisées. Quelques heures suffisant à son apparition, les facteurs favorisants doivent être réduits et régulièrement contrôlés.

La durée de cicatrisation d’une escarre peut varier de quelques jours à quelques mois ; la prévention joue de ce fait un rôle essentiel chez la personne à risque.

Pour prévenir l’apparition d’escarres, un ensemble de mesures doivent être adoptées chez la personne à risque :

  • maintenir l’hygiène de la peau et éviter la macération ;
  • en cas d’incontinence, changer régulièrement les protections ;
  • observer ou faire observer quotidiennement l’état cutané ;
  • s’assurer que l’alimentation est suffisante et adaptée ;
  • boire ou faire boire régulièrement et en quantité suffisante ;
  • utiliser des matelas et des coussins dits « d’aide à la prévention de l’escarre » adaptés à l’état du patient.

Il y a des matelas statiques, qui ne se modifient pas dans le temps. Ces matelas sont formés d’une mousse qui prend la forme du corps pour diminuer la pression en augmentant la surface de contact. Ces matelas sont typiquement formés de plusieurs petits plots qui accompagnent les mouvements du corps pour limiter le cisaillement des tissus.
Il y a aussi des matelas dynamiques, qui se modifient au cours du temps. Ces matelas sont formés de plusieurs boudins gonflés qui se gonflent et se dégonflent pour pouvoir changer les points de pressions et ainsi diminuer le risque d’une hypoxie. Des capteurs électroniques leur permettent de réguler automatiquement la pression.
Les coussins sont dotés des mêmes technologies, à savoir statique et dynamique.

  • changer la position de la personne fréquemment (au moins toutes les 2 à 3 heures) ;

Lever la pression des tissus : positionner et mobiliser.
La pression appliquée sur les tissus est le risque principal dans l’apparition d’escarres. Il est essentiel de varier les points de pression. Cela permet de varier les zones de compressions. Ainsi les zones fragilisées et à risques sont peu sollicitées. Lors des mobilisations, observer les rougeurs et douleurs, ce sont des zones à risque. Les différentes positions présentées ne dispensent pas de la mobilisation, qui est primordiale.

Position à adopter sur un lit :
La partie haute du corps doit être placée de 34. La partie basse doit être positionnée de côté (les fesses ne doivent pas toucher le lit, l’appui se fait sur la hanche). Les talons ne doivent pas être en appui. Placer un coussin derrière la nuque, derrière le dos, sous les mollets et entre les jambes permet de répartir les pressions.

Position à adopter sur un fauteuil :
Préférer les sièges en position semi-inclinée (le dossier et l’assise forment un angle de 90° mais l’assise fait un angle de 30° avec le sol). Surélever les jambes. Laisser les pieds suspendus dans le vide. Placer un coussin sous les fesses.

Position assise à adopter :
Dos droit et les pieds à plat. Suivre la règle des trois angles droits.
90° entre le tronc et les cuisses.
90° entre les cuisses et les mollets.
90° entre les mollets et la plante des pieds.

  • À chaque changement de position, appliquer des Acide Gras Hyperoxygénés sur les zones d’appui (recommandation de faible niveau de preuve).
Par la vie des soins palliatifs - Publié dans : plaies et cicatrisations
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés